Accepter l’autre

« Quand je reconnais que l’autre aussi a le droit de vivre sur cette terre près de moi, tel qu’il est. »

La patience dans nos relations est un élément important pour développer des relations profondes avec notre entourage.

Nous avons vu que très souvent, nous faisons preuve d’impatience parce que nous voulons que les choses se passent comme nous les voyons, sentons ou vivons et que les autres soient exactement comme nous le désirons ou bien qu’ils changent comme nous le souhaitons.

Je l’ai déjà dit, mais ça me semble important donc je le répète encore, nous sommes imparfaits, c’est important de bien le comprendre.

Tant que nous croyons être parfait et que nous cherchons des situations et des relations parfaites, nous ne pouvons pas être patients.

Nous allons commencer à être patient avec soi-même et avec les autres, à partir du moment où nous reconnaissons que l’autre a aussi le droit de vivre sur cette terre près de moi, tel qu’il est avec ses qualités et ses défauts.

Imaginez deux minutes si la situation était inversé, si vous étiez la personne envers qui les autres sont impatients et s’énervent, comment le vivrez-vous ?

De même, si vous vous imaginez n’ayant pas le droit de vivre et d’être qui vous êtes avec les gens qui sont autour de vous, comment réagirez-vous ?

Dans des conditions pareilles, nous risquons de revenir à nos instincts animaux, se battre ou fuir et cela serait tout à fait compréhensible.

Accepter les autres et s’accepter soi-même est une base importante. Après, cela ne veut pas dire stagner et ne faire aucun effort pour s’améliorer. De même que nous ne sommes pas parfaits pour faire preuve de patiente en permanence, nous ne sommes pas parfaits et nous ne le serons jamais au point de ne pas avoir besoin de nous améliorer et d’apprendre de nouvelles compétences.

Si nous ne progressons pas, nous régressons.

Pour la simple raison, et j’en ai déjà parlé, que nous sommes aujourd’hui le résultat des décisions et de ce que nous avons appris ces dernières années. Donc nos actions et nos décisions d’aujourd’hui façonne qui nous serons dans cinq ans.

Qui voulez-vous être dans cinq ans ? Est-ce que vos décisions actuelles vous mènent dans cette direction ou non ?

Avez-vous envie que les autres fassent preuve de patience envers vous et vous accepte tel que vous êtes ?

Je suis presque sûr que oui, en conséquence faisons le et les autres le feront aussi pour nous. Si les personnes avec qui nous sommes patients, ne le sont pas, vous allez quand même développé cette qualité et ça vous sera rendu d’une manière ou d’une autre.

La Règle d’or

Vous connaissez peut-être la règle d’or ? Probablement sous un autre nom, mais je pense que vous la connaissez.

Faire aux autres ce que j’aimerais que l’on fasse pour moi et penser des autres ce que j’aimerais que l’on pense de moi.

Avant de m’y intéresser concrètement, je connaissais que la première partie de la règle. Il s’agit d’action que l’on voudrait que l’on fasse pour nous.

La deuxième partie est la plus puissante, puisque nous façonnons le monde par nos pensées en premier lieu. Penser des autres ce que l’on désire qu’ils pensent de nous va être plus difficile. Même si nous souhaitons que les autres pensent du bien de nous, nous devons commencer par le faire chaque jour pour finir par influencer ce que l’on peut penser de nous.

Cette règle fonctionne en permanence et pour tout. Que vous le souhaitiez ou non, cette règle s’applique.

Pour l’utiliser ou au moins mettre toutes les chances de son côté pour en tirer parti, je la mets en pratique le plus souvent possible quand bien même je n’ai pas de retour immédiat.

Une autre manière de voir cette règle est : “donnez et vous recevrez”

Plus je me donne finalement, plus je reçois. Encore une fois peut-être pas immédiatement, mais ça vaut le coup d’autant plus que je ne sais pas ce que je vais recevoir pour le moment. Donc au pire ça ne change rien à ma vie et au mieux, et bien c’est mieux 🙂

En bonus, l’application de cette loi est également une manière de développer votre patience puisque vous ne savez pas quand le bien que vous faites va vous être retourné. Peut-être dans une heure, peut-être dans 20 ans. Ce qui est sûr est qu’il viendra !

Simple et efficace !

En tout cas, j’y crois et comme je le mentionne plus haut, je n’ai pas grand-chose, voir rien à perdre à penser comme ça ensuite si ça marche, je serai gagnant.

Vous ne trouvez pas ?

Dites-moi en commentaire ce que vous pensez de cette règle, ça m’intéresse d’avoir votre avis sur le sujet.

À la prochaine,

Clément


Une réponse à “Accepter l’autre”


0 Partages
Enregistrer
Partagez
Partagez