Vivre les changements simplement

Êtes-vous aujourd’hui la même personne qu’il y a quelques années ? Voulez-vous être la même personne dans quelques années ?

La seule manière d’évoluer est d’accepter les changements et d’avoir le courage de sortir de ce que vous connaissez pour suivre ce que vous souffle cette petite voix intérieure.

Qu’est-ce que vous dit-elle ?

Après mon mariage, nous nous sommes dits avec ma femme que nous voulions déménager en province quelques années plus tard. Je me rappelle aussi m’être dit qu’avant nos 5 ans de mariage, je voulais que nous ayons quitté la région parisienne. Ce projet nous est resté pendant 2 ou 3 ans. Jusqu’à ce qu’une opportunité se présente. C’est le moment de vérité, est ce que ce désir est bien présent pour continuer et changer notre lieu de vie, notre travail, etc. En clair, tout quitté en déménageant à l’autre bout de la France.

Vous avez un projet. Si vous êtes honnête avec vous-même, qu’est ce qui vous bloque ? Est-ce pas possible ou bien, ce sont juste des excuses pour ne pas bouger parce que vous avez peur ?

Abonnez-vous, cela m’encourage à continuer.

La peur de changer

La peur du changement vous arrête. Vous savez ce que vous perdez sans savoir ce que vous allez trouver.

Oui et alors ?

Christophe Colomb savait où il voulait aller et pourtant, il s’est trompé et à trouver autre chose. Il s’est planté ! On pourrait même dire qu’il a échoué, son objectif est tombé à l’eau.

En essayant d’atteindre son objectif, il a trouvé autre chose qui a changé sa vie quand même.

S’il n’était jamais passé à l’action pour tenter ce voyage fou, il aurait échoué aussi et n’aurait pas bénéficié quand même du résultat qu’il a eu parce qu’il a agi.

Nous sommes pareilles, rien n’a changé. Nous pouvons toujours agir.

La peur peut nous freiner, mais elle peut aussi nous pousser à nous dépasser.

Si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour votre famille, vos enfants, ou les personnes à qui vous tenez.

Quelqu’un me disait récemment qu’il voulait agir pour l’environnement parce qu’il voulait pouvoir dire à ces enfants qu’il a agi dans ce sens et qu’il a travaillés pour avancer sur ce chemin. J’ai trouvé cette manière de réfléchir très intéressante.

Je vous pose la même question, que voulez-vous dire à vos enfants plus tard ?

“Je n’ai pas osé” et leur dire toutes les excuses que vous vous êtes dites pour vous convaincre que vous ne pouviez pas agir.

Ou bien, leur dire que vous avez travaillé sur ces projets pour avancer. Que vous réussissiez ou pas, la question n’est pas là.

Que penseront vos enfants si vous leur dites, j’ai travaillé la dessus pour telle et telle raison, je n’ai pas réussi comme je le voulais, mais je suis fier de l’avoir fait et d’avoir appris tout ce que ça m’a permis de découvrir.

Nous n’avons aucune excuse aujourd’hui, il n’y a pas de bonnes raisons de rester immobile et de ne pas agir.

Nous avons besoin d’un temps de réflexion, d’apprentissage et de formation, mais ce temps doit avoir une fin. Vous devez vous fixer un moment où vous prenez une décision pour avancer ensuite.

Prendre le temps de la réflexion est indispensable pour prendre de bonnes décisions.Si vous ne voyez pas de bonnes raisons de refuser de vous lancer dans un projet, allez y !!!

C’est ce que nous nous sommes rendu compte pour notre déménagement.

Un des critères qui nous a fait prendre la décision de déménager a été de réaliser que nous n’avions en soi aucune bonne raison de refuser et de ne pas déménager.

Nous avons aussi eu le temps de remettre en question ce choix. Entre le moment où nous avons décidé de partir et le moment où nous avons déménagé il y a eu 9 mois. Pendant lesquels nous remettions en cause chaque semaine au moins une fois notre décision. J’étais convaincu que c’était la bonne voie pour nous et j’ai continué à y croire jusqu’à ce que je trouve un travail dans le sud.

Et puis surtout, je ne voulais pas me demander toute ma vie ce qui se serait passé si nous avions déménagé.

Nous avons préféré tenter le coup et voir ce qui se passerait après. Et 5 mois plus tard, il y a eu le covid et tout ce qui s’ensuit.

Posez-vous ces questions en étant honnête avec vous-même :

  • Quel est votre projet aujourd’hui ? 
  • Y a-t-il une raison majeure qui vous empêche de vous lancer ? 
  • Est-ce une réelle raison ?

Prenons un exemple de frein majeur : si vous avez des lunettes et que vous voulez être pilote de chasse par exemple, c’est a priori impossible du fait des exigences qui sont demandées pour la sélection.Après, vous pouvez trouver des moyens de travailler quand même dans ce secteur sans être pilote.

Que risquez-vous à agir ?

Si le projet que vous avez, ne présente pas de raison comme celle du pilote ci-dessus qui rend le projet impossible. Allez-y !

Pour réfléchir à cette question, vous pouvez vous demander : quelle est la pire situation qui puisse arriver ? Combien y a-t-il de chance que cette situation se présente ?

Si vous êtes au clair avec cette pire situation et qu’il y a très peu de chance que vous y soyez confronter, vous n’avez pas d’excuse.

Ensuite, pour notre déménagement, nous nous sommes aussi posé cette question. Et honnêtement, une fois que l’on a accepté de tout quitter pour déménager, il n’y a pas de risque majeur.

Nous avons découvert un autre rythme de vie, une nouvelle région, des nouvelles personnes. Rien de risqué.

Si vous lancez un projet quel qu’il soit, je pense que les risques sont limités.

Et si vous changiez votre prisme ?

On peut effectivement voir les choses du point de vue du risque, je vous propose un autre point de vue.

Si au lieu de voir les risques, vous voyez ce que vous faites comme une source d’apprentissage.

Par exemple, vous avez besoin de faire un gâteau et vous ne savez pas comment faire. Oui, vous risquez de rater le gâteau si c’est la première fois que vous le faites.

Si vous ne commencez pas, vous n’améliorez pas votre gâteau et vous n’apprendrez pas ce qui vous aidera à les faire.

C’est pareil pour un sport, pour apprendre une langue. Oui au début, et comme toutes les personnes qui savent aujourd’hui faire, ils ont passé du temps à apprendre et nous pouvons faire de même.

Nous avons finalement déménagé dans le sud avant la période du Covid, ce qui nous a amené ensuite dans une autre ville de Provence où nous sommes aujourd’hui super bien et notre vie a de nouveau complètement changé entre le premier déménagement dans le sud et le deuxième.

Pour finir, un avertissement très important.

Lancez-vous en parallèle de ce que vous faites actuellement.

Tout ce que je vous raconte là, ne nécessite pas de tout plaquer du jour au lendemain. Il y a des gens qui le font. D’autres non.

Vous n’avez pas besoin de tout arrêter et de tout changer du jour au lendemain pour travailler sur les projets que vous avez.

Vous pouvez aussi travailler en parallèle de ce que vous faites déjà. C’est ce que je fais actuellement.

De cette manière, vous serez obligé d’apprendre à vous organiser parce que vous n’avez pas de temps à perdre si vous avez comme moi, une famille, un travail, des amis et un projet.

Certes, j’avance moins vite que quelqu’un qui est à 100 % et en même temps, j’apprends plein de choses en travaillant de cette manière.

Ensuite, vous allez tout simplement avancer sur un projet qui vous tient à cœur donc vous aurez envie de travailler dessus.

Vous pourrez aussi tester des idées au lieu de vous mettre le couteau sous la gorge avec des décisions impulsives. Le temps vous permet aussi de tester votre idée et votre projet sur vous-même.

Si au bout d’une semaine, vous ne voulez plus le faire ou vous n’avez plus l’enthousiasme pour le faire, ce n’est peut-être pas tout à fait le bon projet.

Abonnez-vous, likez et partagez aux personnes à qui vous avez pensé en lisant cet article.

Vous pouvez me retrouver sur ma chaîne YouTube également.

Bonne semaine,

Soyez simple et allez à l’essentiel.

Bonne journée,

Clément



0 Partages
Enregistrer
Partagez
Partagez